Carnet de bord du récolement

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Nino Laisné, « Marisol/Mariluz », 2015, collection Frac Aquitaine. Sérigraphie sur disque vinyle. Cette œuvre a rejoint la collection en 2016. Elle porte le numéro d’inventaire 16-744. Elle a été exposée pour la première fois de juillet à septembre 2017, lors de l’exposition « Paysages en scène » au Grand Théâtre de Bordeaux. ? Dans les années 1960, les pays hispanophones voient des enfants stars devenir de nouvelles icônes. Ce phénomène reçoit un fort succès auprès des communautés d’immigrés, touchées par ces enfants qui perpétuent le folklore de leur pays. Une fois les premiers succès passés, nombre d’entre eux sont tombés dans l’oubli. Marisol/Mariluz présente une collection de vinyles, bandes originales des premiers films de Marisol, enfant star en Espagne. Sur chacun est sérigraphié un extrait du dialogue qu’elle prononce dans le film. Sortis de leur contexte, ces propos renvoient à une controverse selon laquelle l’enfant qui incarnait Marisol aurait été remplacée au bout de quelques années par une autre à l’insu du public. Le titre de l’œuvre reprend la double identité de la vedette dans le film Marisol Rumbo a Rio qui met en scène deux sœurs jumelles séparées à la naissance, Marisol y joue son propre rôle et celui de sa jumelle Mariluz. #récolement #ninolaisné #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #regionnouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Serge Comte, « Safe at home », 1996, collection Frac Aquitaine. Impression jet d'encre sur Post-it® encadré, 14,3 x 14,3 cm. Cette œuvre a été acquise en 1996. Elle porte le numéro d’inventaire 96-407. 9 œuvres de l’artiste sont présentes dans la collection. ? Serge Comte revendique un art qui affirme, tant dans sa facture, que dans son contenu un caractère résolument superficiel et léger. Il puise dans la vie de tous les jours, cherchant à « redonner un sens juste et esthétique au geste du quotidien ». Il s’est donné comme principe de travail le « Safe at Home ». Il entend par là la recherche d’un état d’isolement, d’un certain bien-être domestique, d’un « confort cathodique ». État qu’il obtient lorsqu’il allume la télévision en baissant le son, sensible uniquement à l’émission de chaleur et de lumière de l’écran, et qu’il peut s’abandonner à l’écoute de son chanteur préféré. Son travail vise à réenchanter l’ordinaire, le banal, comme en témoigne ce paysage miniature imprimé sur un Post-it®. L’artiste a utilisé un pictogramme issu d’une banque d’icônes informatiques, représentant un château fort. Modifiée par l’ajout d’un ciel nocturne parsemé d’étoiles et zébré d’un éclair, la petite image est précieusement enchâssée dans un double cadre de bois et de métal à effet chromé. Elle nous conduit dans un monde imaginaire et mystérieux, sans doute celui de l’enfance et des contes de fées. #récolement #sergecomte #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #regionnouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Jeff Koons,« Art in America – Girls », 1989, de l’ensemble « Art Magazine Ads », 1988, collection Frac Aquitaine. Portfolio de 4 photolithographies en quadrichromie, 91,5 x 71 cm. Cette œuvre a été acquise en 1991. Elle porte le numéro d’inventaire 91-333. Elle a été exposée 23 fois, dont 4 fois à l’étranger. La première fois à Bordeaux en 1993, la dernière fois à Toulouse en 2016. ? En 1988, Jeff Koons réalise trois expositions sous le titre Banality dans les galeries Sonnabend à New York, Max Hetzler à Cologne et Donald Young à Chicago. Pour ces expositions, il produit quatre publicités sous le titre de Art Magazine Ads, destinées à quatre magazines internationaux d’art contemporain : Flash Art, Arts, Artforum et Art in America. Ces publicités ont été ensuite reproduites en affiches puis regroupées en portfolios destinés à la vente. Jeff Koons s’y met en scène avec autodérision, tour à tour entouré de phoques, d’enfants (Artforum), de pin up (Art in America) ou de cochons. Si l’environnement kitsch de ces images emprunte aux codes associés à la classe moyenne américaine, c’est aussi le moyen de puiser dans les signes distinctifs de la communication et de la publicité pour offrir au spectateur la possibilité de faire l’expérience de l’art. « L’idée est de créer une œuvre qui permette aux gens de se libérer du jugement. L’art doit d’abord leur faire comprendre qu’il ne les juge pas. […] Dans Banality, j’ai commencé à dire aux gens de ne pas laisser l’art être source de ségrégation. »  #récolement #jeffkoons #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #regionnouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Paul-Armand Gette, « Quelques points zéro du cercle polaire au golfe de Gascogne, 5 : la mer, », 2004, collection Frac Aquitaine. 6 photographies couleur fixées sur papier, chiffres adhésifs, 6 x (65 x 50 cm). Cette œuvre a été acquise en 1984. Elle porte le numéro d’inventaire 84-159. Elle  a été exposée à 24 reprises, la première fois en 1985 à Mont-de-Marsan (40), la dernière fois en 2017 à La Maison de la Corniche à Hendaye (64). Paul-Armand Gette est né à Lyon en 1927. ? « Quelques points zéro du cercle polaire au golfe de Gascogne » est une séquence de six photographies, les deux premières prises en Suède, les deux suivantes dans le bois de Vincennes, les deux dernières sur la plage sud de Biarritz. Dans chacun des paysages photographiés est placé un petit panneau portant la mention « 0 m. », instrument emprunté par Paul-Armand Gette aux botanistes et aux géologues. Pour l’artiste, le zéro mètre met en évidence des zones de lisière, il indique au spectateur qu’à partir du point qu’il occupe commence un paysage. Les emprunts à des méthodologies scientifiques, récurrents dans le travail de cet artiste ne procèdent aucunement d’un souci d’exhaustivité ou de positivisme. Introduits dans le champ artistique, ils sont le moyen de brouiller la frontière, à son sens arbitraire, entre la science qui aurait l’apanage de l’objectivité et l’art, communément rangé du côté du subjectif. #récolement #paularmandgette #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #regionnouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? François Curlet, « Dessins d’assise des membres du jury de la commission d’achat du FNAC des 21 et 22/09/2004, à Paris », 2004, collection Frac Aquitaine. Ensemble de 9 dessins Pastel, aquarelle et crayon sur papier, 50 x 65 cm. Cette œuvre a été acquise en 2004. Elle porte le numéro d’inventaire 04-522. Depuis, elle  a été exposée à 7 reprises. La dernière fois en 2016 au Frac Aquitane. ? C’est à la demande de l’artiste que cette série de neuf dessins a été réalisée par un dessinateur judiciaire, Rémi Kerfridin, habitué des salles d’audience. Sont croquées sur le vif des personnalités du monde de l’art, réunies pour débattre des prochaines acquisitions destinées à rejoindre le Fonds National d’Art Contemporain, l’une des plus importantes collections publiques française directement rattachée au Ministère de la Culture. L’artiste, par l’intermédiaire d’un dessinateur professionnel, propose un regard aigu sur une assemblée de personnes, animée lors des débats et des délibérations. Le trait acéré pointe les attitudes et l’expression des visages concentrés sur le débat et les argumentations propres à chacun. Au-delà de l’analogie avec le fonctionnement judiciaire, c’est la délibération à huis clos, et non rendue publique, que pointe cette œuvre, pour expliciter le cadre de nos choix régis par des règles démocratiques. #récolement #françoiscurlet #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Alexandre Delay, « Mon visage symbolique en hommage à Gustave Courbet », novembre 1976, collection Frac Aquitaine. Crayon, crayon de couleur et pastel sur papier Japon collé sur photographie noir et blanc, 98 x 98cm. Cette œuvre, présente dans la collection depuis 1989, porte le numéro d’inventaire 89-30. Alexandre Delay est né en 1941 à Assens en Suisse. ? « Enfant, à la fin des années quarante, début des cinquante, je ne pouvais voir des " images " de femmes nues que dans les musées de peintures anciennes ou dans les livres d’art. J’ai découvert et appris à regarder les femmes nues en même temps que la peinture. Et je suis devenu " peintre " ». #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #nouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Suite et fin de l’anoxie (traitement insecticide curatif ) pratiquée sur l’œuvre « Crème de singe », 2004, de François Curlet & Donuts. Elle est  composée de matériaux divers (dont des branches), vidéo couleur muette, moniteurs, lecteurs DVD. Cette installation a été acquise par le Frac Aquitaine en 2007. Depuis, elle  a été exposée à 10 reprises, la première fois en 2008 dans les vitrines des Galeries Lafayette à Bordeaux, la dernière fois en 2016 au Frac Aquitane. ? Présentée en 2004 à l’occasion de la « Nuit Blanche » dans les vitrines d’un grand magasin, boulevard Haussmann à Paris, cette installation est composée de vitrines aménagées pour les chimpanzés, telles qu’on peut les voir dans les zoos, ainsi que de vidéos. Les plans-séquences révèlent les mouvements des singes déambulant dans les étages du magasin, consommateurs libres, au point de repousser le choix d’un sac en cuir pour découvrir aux étages supérieurs les offres du rayon porcelaine. S’inspirant d’un précédent historique datant de 1929, lorsqu’une grande enseigne parisienne avait accueilli des panthères et autres félins dans ses vitrines, François Curlet & Donuts prennent le risque de transformer la relation entre l’espace animal, l’espace marchand et l’espace public, ouvrant ainsi une brèche dans la réalité. Crème de singe donne le ton d’une performance « en direct », alors qu’elle n’est ici que différée. #récolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Ce matin, Karen Tanguy, chargée de la gestion et de la diffusion de la collection du Frac Aquitaine, travaille avec la restauratrice Tiziana Mazzoni et l’artiste Maya Andersson dont 15 de ses œuvres sont inscrites à l’inventaire de la collection. Objectifs ? Vérifier le « carnet de santé » de plusieurs d'entre elles dans le cadre d’une conservation préventive et dans la perspective de leur reconditionnement. ?Sur cette photo (aux extrémités), l'artiste Maya Andersson et la restauratrice Tiziana Mazzoni examinent l'état de « La Mouthe (hutte polychrome), une peinture (acrylique, terre, graphite, pastel gras et sec sur papier marouflé sur toile) présente dans la collection du Frac Aquitaine depuis 28 ans. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #nouvelleaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? David Seidner, « Publicité Saint Laurent », 1984. Photographie couleur, 50 x 39,8 cm. Cette photographie a été acquise en 1986 par le Frac Aquitaine. Elle porte le numéro d’inventaire 86-203. Elle a été exposée à 6 reprises, la première fois en 1987 pour l’inauguration de l’Hôtel de Région à Bordeaux et la dernière fois au Frac Aquitaine à l’occasion de l’exposition « À lundi ! » en 2016. Deux autres photographies de David Seidner sont présentes dans la collection dont un portrait noir et blanc de l’américaine Cindy Sherman. L’artiste est né en 1957 à Los Angeles. Il est mort à Miami en  1999. ? À propos de ses portraits, David Seidner disait en 1990 : « Pour moi un portrait, « c’est le regard », incroyablement révélateur. La personne la plus belle du monde ne peut pas éveiller la curiosité si elle a des yeux sans expression. Ils ne mentent jamais. » #davidseidner #yvessaintlaurent #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Mathieu Kleyebe Abonnenc, « Inventaire des objets africains de la collection Émile Abonnenc, 1931-1933, Moyen Ogoué, Gabon », 2013, collection Frac Aquitaine. Série de 15 tirages photographiques noir et blanc encadrés, fac-simile de l’inventaire rédigé par Emile Abonnenc sur 2 pages A4. 26,3 x 16,9 cm. Cette série porte le numéro d’inventaire 14.673. Elle a été acquise en 2014 et montrée à deux reprises, en 2015 à arrêt sur l’image galerie à Bordeaux et en 2016 au Museum of art de Séoul (Corée du Sud). ? Cette importante installation de Mathieu Kleyebe Abonnenc regroupe 15 retirages des photographies de l’inventaire d’objets africains du grand-père de l’artiste, Émile Abonnenc, prises par ce dernier au cours des années 1930. Émile Abonnenc, médecin militaire, a fait partie de la mission Dakar-Djibouti, celle-là même qui a conduit Michel Leiris à collecter des objets africains destinés au Musée de l’Homme. Avec cette installation qui intègre un fac-similé de l’inventaire rédigé de la main d’Émile Abonnenc, l’artiste souligne l’importance des missions africaines pour la France du XXe siècle. Trahissant un certain goût pour une mise en scène qui fera les grandes heures des musées ethnographiques, ces photographies témoignent aussi de la façon dont la colonisation a soutenu le développement de la classe moyenne en Europe. L’œuvre de Mathieu Abonnenc interroge le rapport de chacun à ces images qui font partie d’un patrimoine paradoxal : facteur essentiel de l’essor des puissances occidentales et de leur rayonnement culturel, notamment par le moyen du musée ; il est, depuis la décolonisation, quasi impossible à replacer dans la culture d’origine. Cette série est ainsi au cœur de la démarche de l’artiste qui s’est attaché à étudier depuis quelques années le déplacement des images dans un contexte colonial. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? « Montage à blanc » de l’œuvre « Burning Souls » (1980) de Gilbert & George. Cette opération consiste à installer une œuvre hors contexte d’exposition afin de vérifier son bon fonctionnement et / ou se former au montage de l’œuvre si elle présente des spécificités et complexités particulières. ? « Burning Souls » a été acquise en 1984. C’est la 114e œuvre à avoir rejoint la collection du Frac Aquitaine. Elle porte le numéro d’inventaire 84-114. Elle est composée de seize éléments sous cadre disposés sur 4 niveaux. Photographie noir et blanc et encre. 242 x 202 cm. Chaque épreuve fait 60,5 x 50,5 cm. Depuis son achat, elle a été montrée à 28 reprises : 19 fois en Nouvelle-Aquitaine, 3 fois à l’étranger, la première fois en 1985 à Mont-de-Marsan (40), la dernière fois à Séoul (Corée du Sud) en 2016. #gilbertetgeorge #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? En 1983, « Souvenirs de voyages » de l'artiste Laurent Septier, portfolio de trente-quatre photographies noir et blanc (1981-1982) rejoint la collection du Frac Aquitaine. Cet ensemble porte le numéro d'inventaire 83.26. Les photographies sont en cours de récolement. ? Rassemblant 34 photographies numérotées et ordonnées sans cohérence apparente en huit chapitres, ce journal de voyage peu convenu, met sur le même plan des portraits, des vues de rue, des paysages, des scènes diverses toutes frappées du sceau de la banalité. Ces images, leur titre, le descriptif qu'en donne le photographe contiennent peu ou pas d'indications qui permettraient d'identifier le lieu et le moment. « Ce ne sont pas forcément les événements, l'actualité ou l'exotisme au sens commun qui sont essentiels […] Ces photographies ne sont pas spectaculaires, ne veulent pas délivrer de message, elles sont sans importance […]. L'important pour Laurent Septier est de reposer le problème du photographiable, car c'est un problème sans cesse renouvelé. Ses images y sont une réponse tout autant qu'une nouvelle question. » #laurentseptier #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Dennis Oppenheim, « Stills from Gingerbread Man », 1971. Photographie noir et blanc et textes collés sur carton 71 x 55,5 cm. Cette œuvre est la 263e a avoir intégré la collection du Frac Aquitaine en 1987. Elle porte le numéro d’inventaire 87-263. Elle a été exposée à 14 reprises. La première fois en 1992 à Pau (64) et la dernière fois à Agen (47) en 2015. Deux autres œuvres de Dennis Oppenheim, artiste américain né à Electric City en 1938 et mort à New-York en 2011, sont inscrites à l’inventaire ? ? ? ? « Stills from Gingerbread Man », trace d’une performance filmée et réalisée en 1971, prend la forme d’une planche-contact de seize photographies noir & blanc, accompagnée de deux textes, l’un dactylographié et l’autre imprimé. L’artiste apparaît en « plan américain » (visage et buste), vêtu d’un tee-shirt noir. À l’aide de ses deux mains, il mange avec application une pâtisserie en pain d’épice en forme de bonhomme. « Stills from Gingerbread Man » dresse le constat de l’action exécutée par l’artiste pour témoigner du processus de digestion. On le voit manger (mettre à mort) jusqu’à l’écœurement. Allusion au cycle de la vie – l’homme mange pour vivre – cette performance illustre la récurrence de la démarche de l’artiste : montrer la transformation ; « les résultats de la performance, le produit de sa digestion, sont aussi exposés en une parodie de naissance. L’accouchement succède au meurtre ». Cette œuvre date de la période Body art de Denis Oppenheim, époque à laquelle, le corps de l’artiste devient le lieu de performances extrêmes. #dennisoppenheim #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? En juillet dernier, l’encadreuse Brigitte Mahon était au Frac Aquitaine pour relever les mesures sur 335 photographies non encadrées de la collection du Frac Aquitaine afin de renouveler leurs passe-partout. L’heure est venue de les changer. Ils ont été réalisés dans un carton de conservation, tandis que les coins dans lesquels les œuvres sont enchâssées afin d’être stabilisées sous les passe-partout ont été fabriqués avec du papier de conservation gommé. Le carton comme le papier ont un PH neutre de manière à préserver l’intégrité des photographies. Parmi les artistes concernés par « l’opération passe-partout » citons Diane Arbus, Henri Cartier-Bresson, Larry Clark, Walker Evans, Raymond Depardon, Robert Frank, Anne Garde, Pierre Molinier, Claude nori, Denis Roche, Josef Sudek, Edward Weston, Manuel Alvarez Bravo, Jean Dieuzaide, Robert Doisneau, William Klein, O. Winston Link ou encore Duane Michals. #operationpassepartout #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Le photographe Jean-Christophe Garcia est au Frac Aquitaine ce début de semaine pour faire les reproductions d’une dizaine d’œuvres acquises par le Frac Aquitaine en 2016 et 2017. Ces images viendront compléter la documentation sur les œuvres et enrichir la photothèque du Frac Aquitaine. Ici, Marcel van Eeden, «  Who was Thomas Keller ? », 2016, crayon de couleur et fusain sur papier, 7 x 19 x28cm. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Cette œuvre « Tree People » (2016) de l'artiste new-yorkaise  @jessireaves, acquise en 2017 par le Frac Aquitaine, a été conçue en osier, velours, mousse, fil, isorel, sciure de bois. Aujourd'hui, Laura Hubert, restauratrice d'œuvres d'art, l'a placé dans une enveloppe plastique fermée hermétiquement afin de supprimer progressivement l'oxygène et éliminer ainsi les insectes présents dans les différents matériaux. Il s'agit d'un traitement insecticide curatif nommé anoxie. #récolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #conservation #recolement #artcontemporain #contemporaryart

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Bernard Plossu, « Traversant le Nil », 1977, de l’ensemble « Voiles d'Afrique », 1975-1977, collection Frac Aquitaine. Photographie noir et blanc, 23,8 x 17,8 cm. Cette œuvre est la 59e à avoir rejoint la collection en 1983. Elle porte le numéro d’inventaire 83-59 (4). Elle est issue d’un portfolio de dix photographies noir et blanc. « Traversant le Nil », a été exposée à 14 reprises depuis son acquisition. La première fois en 1984 à Mont-de-Marsan dans les Landes, la dernière fois à arrêt sur l’image galerie à Bordeaux en 2015. Bernard Plossu est né Da Lat (Vietnam), 1945. ? ? ? ? En 1975, lorsque Bernard Plossu parcourt le Sahel, c’est en ayant en tête, les photographies ethnographiques qu’il achetait à la photothèque du musée de l’Homme, au palais de Chaillot, ainsi que les souvenirs de son premier voyage au Sahara à l’âge de 13 ans. L’expérience du désert africain durera jusqu’en 1977 avec pour ambition de réaliser « une sorte de fresque sur les gens du désert qui irait de l’Égypte pharaonique au Sénégal en embrassant le Sud du Maroc, le Niger, la Mauritanie, soit 5 000 km ». C’est en Afrique qu’il abandonne le grand angle au profit d’un objectif 50 mm qui lui permet, « d’être à la bonne distance » de son sujet et d’avoir une approche évitant tout effet de style. Photographe de l’errance, Bernard Plossu se fait connaître par un ensemble de clichés sur le Mexique dans les années 1960. Ces images témoignent d’une aventure à la fois spirituelle et esthétique. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Claude Pitot, « N°2 », 1982, de l’ensemble « Monument aux Girondins », 1982, collection Frac Aquitaine. Photographie noir et blanc, 28,5 x 39 cm. Cette œuvre est la troisième à avoir rejoint la collection en 1983. Elle porte le numéro d’inventaire 83-3 (2). Elle est issue d’un portfolio de dix photographies noir et blanc. « N°2 » a été exposée à 8 reprises depuis son acquisition. La première fois en 1984 à Mont-de-Marsan dans les Landes, la dernière fois à la Vieille Église de Mérignac (33) en 2012. Claude Pitot est né à Arcachon (Gironde) en 1948. ? ? ? ? Érigé entre 1894 et 1902, à l’extrémité de la place des Quinconces à Bordeaux, le monument à la mémoire des Girondins (députés révolutionnaires, partisans d’une république pluraliste et modérée, pour la plupart exécutés en 1793) s’est vu dépossédé de sa statuaire, déboulonnée en 1943, sous l’Occupation. Promises à la fonte, pour cause de récupération des métaux non ferreux, les sculptures ont assez mystérieusement échappé à la destruction. Retrouvées en 1944 à Angers, où elles avaient été convoyées par train, elles regagnent la capitale girondine l’année suivante. Elles sombrent alors dans l’oubli, abandonnées du côté de la rue Achard, dans le quartier de Bacalan. C’est là que Claude Pitot les photographie, juste avant qu’elles soient restaurées et réinstallées, en 1983, à leur emplacement initial. Ignorant les figures allégoriques, trop pompeuses à son sens, de la « Concorde » et de la « République » et leurs attelages de chevaux « marins », il se focalise sur les corps isolés, renversés, des statues éparses dans les herbes et les ronces. Loin de toute visée documentaire, en les regardant de près, en resserrant son cadrage sur des détails, il saisit la puissance et la sensualité, l’inquiétante étrangeté de ces « doubles trop parfaits, pétrifiés mais prêts à s’animer. » #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

 

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Jean-François Texier, « Accessoires (Mains et Merveilles) »,1998, collection Frac Aquitaine. Maquette de livre Cahier de dessin, broderie sur étamine, fil DMC n°20, photocopies couleur, crayon à papier, patafix, Photographies réalisées par Lionnel Fondeville. 17,5 x 22 cm, 34 pages. Jean-François Texier est né en 1970 à Saintes. Cette œuvre a été acquise par le Frac Aquitaine en 1998. C’est la 451e à avoir intégré la collection. Elle porte le numéro d’inventaire 98-451. À l’occasion du récolement, elle a été reconditionnée. ? ? ? ? Ce cahier recouvert de plastique transparent, à la manière d’un livre d’écolier, s’ouvre sur une double page, soigneusement tendue d’étamine, sur laquelle l’artiste a brodé, au point de croix, comme sur un abécédaire ancien, chaque lettre du mot Accessoires. Dans les pages suivantes, Jean-François Texier présente, de son écriture appliquée, les avantages de ses créations de mode. Au fil de l’ouvrage, il apparaît arborant tantôt un sautoir de coquillettes sur fil de pêche, des modèles tricotés – bottines « pieds légers », « pèlerine pour épaules frileuses » réalisée à partir d’un modèle proposé par Modes et travaux, soutien-gorge crocheté aux bonnets ornés de roses – ; ou encore la robe « jolie-taille » et bien d’autres merveilles. Se coulant dans le modèle obsolète des pratiques féminines héritées de la tradition familiale – il a appris à tricoter avec sa grand-mère – il pose résolument malgré une apparente légèreté, affranchi des conventions sociales, la question de la construction des identités de genre. Réalisé à partir de photocopies minutieusement découpées, ce fragile cahier est la maquette d’un livre, publié en fac-similé par le Frac Aquitaine en 2001. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Max Pam, « Jaipur », 1977, ensemble « Hindustan autobiographies », 1971-1980, Collection Frac Aquitaine Photographie noir et blanc, texte imprimé sur feuille de papier calque 30,3 x 23,7 cm 18 x 18 cm (hors marge) Texte : 37,5 x 26,3 cm Max Pam est né à Melbourne en 1949. Il vit à Beaconsfield (Australie). Cette œuvre a été acquise par le Frac Aquitaine en 1984. C’est la 96e à avoir intégré la collection. Elle porte le numéro d’inventaire 84-96 (11). Elle a été exposée à 6 reprises, la première fois en 1985 à Cenon (33) et la dernière fois en 2017 au Frac île de France. Elle est issue d’un portfolio de douze photographies intitulé « Hindustan autobiographies ». Chaque photographie peut être exposée séparément. ? ? ? ? « Quand Max Pam débute ses pérégrinations en Asie, à l'âge de 20 ans, le phénomène Katmandou est à son apogée. Une frange entière de sa génération, au-delà du goût des expériences inédites – ou interdites -, manifeste avec véhémence son refus d'une société productiviste et consumériste et cherche, dans la rencontre avec d'autres cultures et d'autres modes de société, des réponses à son questionnement. Pour Max Pam, l'acte photographique participe d'emblée pleinement de cette aventure existentielle et constitue en soi une expérience intime du monde. “ Ces photographies sont mon autobiographie “ affirme-t-il et, qu'elle révèle l'exercice de la survie quotidienne ou les découvertes les plus inattendues, chaque image s'impose comme le fragment d'une existence en éveil et en devenir. Ainsi, du Moyen-Orient à l'Himalaya, de la Thaïlande aux Philippines, d'Inde en Chine, Max Pam nous entraîne-t-il dans son sillage sur des chemins où l'exaltation des rencontres nourrit la connaissance de soi. »Tim Winton, Going East, éditions Marval, 1992. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Le Pôle collection aidé de la régie décroche l'exposition « Des Mondes aquatiques 2 » et en profite pour reconditionner les œuvres comme ici « Sea Painting, Dunwich Summer 2011 » de Jessica Warboys. Au programme de cette opération, vérifier les mesures des trois panneaux, les enrouler sur des âmes (rouleaux) afin de les conserver dans les meilleurs conditions et terminer par le marquage de l'œuvre consistant à coudre à l'aide d'un fil de coton sur le revers des toiles, un morceau de tyvex (tissu léger et indéchirable) sur lequel est écrit le numéro d'inventaire, le titre, l'orientation et les dimensions. #jourdefermeture #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Pierre Molinier, « Pierre Molinier fétiché », vers 1970-1976 Photographie noir et blanc Photomontage 18 x 13 cm Il s'agit de la première œuvre acquise par le Frac Aquitaine en 1983 et la première à être inscrite à l’inventaire de sa collection. Elle porte le numéro d'inventaire : 83.1. Depuis son achat, elle a été prêtée 22 fois, a été montrée pour la première fois de février à Juin 1984 à Madrid, Barcelone et Saragosse, et a été exposée pour la dernière fois en 2013 au Frac Aquitaine dans l'exposition « Fictions à l'œuvre ». 31 photographies de Pierre Molinier sont présentes dans la collection. ? ? ? ? Dans les années 1960, Pierre Molinier, qui exerce ses talents de peintre et de dessinateur à Bordeaux, décide de se consacrer à la photographie. Ce médium lui permet de répondre à une nécessité existentielle, jouer de sa propre ambiguïté sexuelle tout en l’inscrivant au cœur de son travail. Devançant le travail de Cindy Sherman, il recourt à l’autoportrait mis en scène, pour donner forme à ses fantasmes et figurer sa quête d’un idéal androgyne. Dans les autoportraits « fétichés », il se montre masqué, gainé de cuir, tour à tour paré d’accessoires, féminins ou masculins, à l’instar d’un corps sublimé, érotisé, sous différents avatars. Il photographie également ses proches et connaissances, dans des postures suggestives. Androgynie et voyeurisme fusionnent, de manière récurrente dans ses représentations constituées, comme un instrument d’analyse de soi, repoussant toujours plus loin la morale sociale. #pierremolinier #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Henri Cartier-Bresson, « La Nouvelle-Orléans, USA », 1947, Collection Frac Aquitaine. Cette œuvre est la 18e à avoir rejoint en 1983 la collection du Frac Aquitaine. Au premier plan de cette photographie, une fillette avance d’un pas décidé le long d’une maison. Les yeux fermés et la bouche serrée, elle s’applique à maintenir relevés les pans de sa longue jupe. Ici s’illustrent les grands principes à la fois éthiques et esthétiques qui fondent le style d’Henri Cartier-Bresson : « approcher le sujet à pas de loup » afin de saisir « l’instant décisif », sans mise en scène et sans recadrage. « Je me souviens, écrit Truman Capote, de ce jour où j’ai pu l’observer en plein travail dans une rue de La Nouvelle-Orléans, dansant tout le long du trottoir comme une libellule inquiète, trois gros Leica se balançant sur leurs courroies autour de son cou, le quatrième rivé sur l’œil. » L’année 1947, au cours de laquelle il réalise cette image, est déterminante dans sa vie professionnelle. Le Museum of Modern Art de New York lui consacre sa première rétrospective qui jouera un rôle capital dans sa reconnaissance internationale. #Henricartierbresson #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Claude Nori, « La Côte atlantique », 1984, collection Frac Aquitaine. Dans ces photographies glanées au fil du littoral atlantique, ici à l'intérieur de l'Hôtel du Palais à Biarritz, Claude Nori saisit aussi bien la promenade familiale un jour de pluie, que l’activité des estivants sur une plage bondée, ou les courses et les jeux des enfants. Dressant sur des lieux qui lui sont familiers une chronique nomade et doucement nostalgique, le photographe traduit ici l’intensité de moments de bonheur simple. Il retient de précieux et fragiles instants de grâce : le geste attentionné d’une jeune femme accroupie aux pieds d’un enfant, le sourire éclatant d’une petite fille ou l’étreinte d’un jeune couple allongé sur le sable. Au-delà de l’apparente simplicité qui caractérise ses images, est perceptible le soin qu’il apporte à s’extraire de la scène photographiée pour en penser la lumière, le cadrage et la composition, rendant ainsi ce bonheur communicatif. #lacoteatlantique #biarritz #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on