Carnet de bord du récolement

? ? ? ? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? ? ? ? Bernard Plossu, « Traversant le Nil », 1977, de l’ensemble « Voiles d'Afrique », 1975-1977, collection Frac Aquitaine. Photographie noir et blanc, 23,8 x 17,8 cm. Cette œuvre est la 59e à avoir rejoint la collection en 1983. Elle porte le numéro d’inventaire 83-59 (4). Elle est issue d’un portfolio de dix photographies noir et blanc. « Traversant le Nil », a été exposée à 14 reprises depuis son acquisition. La première fois en 1984 à Mont-de-Marsan dans les Landes, la dernière fois à arrêt sur l’image galerie à Bordeaux en 2015. Bernard Plossu est né Da Lat (Vietnam), 1945. ? ? ? ? En 1975, lorsque Bernard Plossu parcourt le Sahel, c’est en ayant en tête, les photographies ethnographiques qu’il achetait à la photothèque du musée de l’Homme, au palais de Chaillot, ainsi que les souvenirs de son premier voyage au Sahara à l’âge de 13 ans. L’expérience du désert africain durera jusqu’en 1977 avec pour ambition de réaliser « une sorte de fresque sur les gens du désert qui irait de l’Égypte pharaonique au Sénégal en embrassant le Sud du Maroc, le Niger, la Mauritanie, soit 5 000 km ». C’est en Afrique qu’il abandonne le grand angle au profit d’un objectif 50 mm qui lui permet, « d’être à la bonne distance » de son sujet et d’avoir une approche évitant tout effet de style. Photographe de l’errance, Bernard Plossu se fait connaître par un ensemble de clichés sur le Mexique dans les années 1960. Ces images témoignent d’une aventure à la fois spirituelle et esthétique. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Claude Pitot, « N°2 », 1982, de l’ensemble « Monument aux Girondins », 1982, collection Frac Aquitaine. Photographie noir et blanc, 28,5 x 39 cm. Cette œuvre est la troisième à avoir rejoint la collection en 1983. Elle porte le numéro d’inventaire 83-3 (2). Elle est issue d’un portfolio de dix photographies noir et blanc. « N°2 » a été exposée à 8 reprises depuis son acquisition. La première fois en 1984 à Mont-de-Marsan dans les Landes, la dernière fois à la Vieille Église de Mérignac (33) en 2012. Claude Pitot est né à Arcachon (Gironde) en 1948. ? ? ? ? Érigé entre 1894 et 1902, à l’extrémité de la place des Quinconces à Bordeaux, le monument à la mémoire des Girondins (députés révolutionnaires, partisans d’une république pluraliste et modérée, pour la plupart exécutés en 1793) s’est vu dépossédé de sa statuaire, déboulonnée en 1943, sous l’Occupation. Promises à la fonte, pour cause de récupération des métaux non ferreux, les sculptures ont assez mystérieusement échappé à la destruction. Retrouvées en 1944 à Angers, où elles avaient été convoyées par train, elles regagnent la capitale girondine l’année suivante. Elles sombrent alors dans l’oubli, abandonnées du côté de la rue Achard, dans le quartier de Bacalan. C’est là que Claude Pitot les photographie, juste avant qu’elles soient restaurées et réinstallées, en 1983, à leur emplacement initial. Ignorant les figures allégoriques, trop pompeuses à son sens, de la « Concorde » et de la « République » et leurs attelages de chevaux « marins », il se focalise sur les corps isolés, renversés, des statues éparses dans les herbes et les ronces. Loin de toute visée documentaire, en les regardant de près, en resserrant son cadrage sur des détails, il saisit la puissance et la sensualité, l’inquiétante étrangeté de ces « doubles trop parfaits, pétrifiés mais prêts à s’animer. » #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

 

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Jean-François Texier, « Accessoires (Mains et Merveilles) »,1998, collection Frac Aquitaine. Maquette de livre Cahier de dessin, broderie sur étamine, fil DMC n°20, photocopies couleur, crayon à papier, patafix, Photographies réalisées par Lionnel Fondeville. 17,5 x 22 cm, 34 pages. Jean-François Texier est né en 1970 à Saintes. Cette œuvre a été acquise par le Frac Aquitaine en 1998. C’est la 451e à avoir intégré la collection. Elle porte le numéro d’inventaire 98-451. À l’occasion du récolement, elle a été reconditionnée. ? ? ? ? Ce cahier recouvert de plastique transparent, à la manière d’un livre d’écolier, s’ouvre sur une double page, soigneusement tendue d’étamine, sur laquelle l’artiste a brodé, au point de croix, comme sur un abécédaire ancien, chaque lettre du mot Accessoires. Dans les pages suivantes, Jean-François Texier présente, de son écriture appliquée, les avantages de ses créations de mode. Au fil de l’ouvrage, il apparaît arborant tantôt un sautoir de coquillettes sur fil de pêche, des modèles tricotés – bottines « pieds légers », « pèlerine pour épaules frileuses » réalisée à partir d’un modèle proposé par Modes et travaux, soutien-gorge crocheté aux bonnets ornés de roses – ; ou encore la robe « jolie-taille » et bien d’autres merveilles. Se coulant dans le modèle obsolète des pratiques féminines héritées de la tradition familiale – il a appris à tricoter avec sa grand-mère – il pose résolument malgré une apparente légèreté, affranchi des conventions sociales, la question de la construction des identités de genre. Réalisé à partir de photocopies minutieusement découpées, ce fragile cahier est la maquette d’un livre, publié en fac-similé par le Frac Aquitaine en 2001. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Max Pam, « Jaipur », 1977, ensemble « Hindustan autobiographies », 1971-1980, Collection Frac Aquitaine Photographie noir et blanc, texte imprimé sur feuille de papier calque 30,3 x 23,7 cm 18 x 18 cm (hors marge) Texte : 37,5 x 26,3 cm Max Pam est né à Melbourne en 1949. Il vit à Beaconsfield (Australie). Cette œuvre a été acquise par le Frac Aquitaine en 1984. C’est la 96e à avoir intégré la collection. Elle porte le numéro d’inventaire 84-96 (11). Elle a été exposée à 6 reprises, la première fois en 1985 à Cenon (33) et la dernière fois en 2017 au Frac île de France. Elle est issue d’un portfolio de douze photographies intitulé « Hindustan autobiographies ». Chaque photographie peut être exposée séparément. ? ? ? ? « Quand Max Pam débute ses pérégrinations en Asie, à l'âge de 20 ans, le phénomène Katmandou est à son apogée. Une frange entière de sa génération, au-delà du goût des expériences inédites – ou interdites -, manifeste avec véhémence son refus d'une société productiviste et consumériste et cherche, dans la rencontre avec d'autres cultures et d'autres modes de société, des réponses à son questionnement. Pour Max Pam, l'acte photographique participe d'emblée pleinement de cette aventure existentielle et constitue en soi une expérience intime du monde. “ Ces photographies sont mon autobiographie “ affirme-t-il et, qu'elle révèle l'exercice de la survie quotidienne ou les découvertes les plus inattendues, chaque image s'impose comme le fragment d'une existence en éveil et en devenir. Ainsi, du Moyen-Orient à l'Himalaya, de la Thaïlande aux Philippines, d'Inde en Chine, Max Pam nous entraîne-t-il dans son sillage sur des chemins où l'exaltation des rencontres nourrit la connaissance de soi. »Tim Winton, Going East, éditions Marval, 1992. #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Le Pôle collection aidé de la régie décroche l'exposition « Des Mondes aquatiques 2 » et en profite pour reconditionner les œuvres comme ici « Sea Painting, Dunwich Summer 2011 » de Jessica Warboys. Au programme de cette opération, vérifier les mesures des trois panneaux, les enrouler sur des âmes (rouleaux) afin de les conserver dans les meilleurs conditions et terminer par le marquage de l'œuvre consistant à coudre à l'aide d'un fil de coton sur le revers des toiles, un morceau de tyvex (tissu léger et indéchirable) sur lequel est écrit le numéro d'inventaire, le titre, l'orientation et les dimensions. #jourdefermeture #recolement #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography #artcontemporain #contemporaryartist

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

? CARNET DE BORD : DANS LES COULISSES DU RÉCOLEMENT ? Pierre Molinier, « Pierre Molinier fétiché », vers 1970-1976 Photographie noir et blanc Photomontage 18 x 13 cm Il s'agit de la première œuvre acquise par le Frac Aquitaine en 1983 et la première à être inscrite à l’inventaire de sa collection. Elle porte le numéro d'inventaire : 83.1. Depuis son achat, elle a été prêtée 22 fois, a été montrée pour la première fois de février à Juin 1984 à Madrid, Barcelone et Saragosse, et a été exposée pour la dernière fois en 2013 au Frac Aquitaine dans l'exposition « Fictions à l'œuvre ». 31 photographies de Pierre Molinier sont présentes dans la collection. ? ? ? ? Dans les années 1960, Pierre Molinier, qui exerce ses talents de peintre et de dessinateur à Bordeaux, décide de se consacrer à la photographie. Ce médium lui permet de répondre à une nécessité existentielle, jouer de sa propre ambiguïté sexuelle tout en l’inscrivant au cœur de son travail. Devançant le travail de Cindy Sherman, il recourt à l’autoportrait mis en scène, pour donner forme à ses fantasmes et figurer sa quête d’un idéal androgyne. Dans les autoportraits « fétichés », il se montre masqué, gainé de cuir, tour à tour paré d’accessoires, féminins ou masculins, à l’instar d’un corps sublimé, érotisé, sous différents avatars. Il photographie également ses proches et connaissances, dans des postures suggestives. Androgynie et voyeurisme fusionnent, de manière récurrente dans ses représentations constituées, comme un instrument d’analyse de soi, repoussant toujours plus loin la morale sociale. #pierremolinier #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

Henri Cartier-Bresson, La Nouvelle-Orléans, USA, 1947, Collection Frac Aquitaine. Cette œuvre est la 18e à avoir rejoint en 1983 la collection du Frac Aquitaine. Au premier plan de cette photographie, une fillette avance d’un pas décidé le long d’une maison. Les yeux fermés et la bouche serrée, elle s’applique à maintenir relevés les pans de sa longue jupe. Ici s’illustrent les grands principes à la fois éthiques et esthétiques qui fondent le style d’Henri Cartier-Bresson : « approcher le sujet à pas de loup » afin de saisir « l’instant décisif », sans mise en scène et sans recadrage. « Je me souviens, écrit Truman Capote, de ce jour où j’ai pu l’observer en plein travail dans une rue de La Nouvelle-Orléans, dansant tout le long du trottoir comme une libellule inquiète, trois gros Leica se balançant sur leurs courroies autour de son cou, le quatrième rivé sur l’œil. » L’année 1947, au cours de laquelle il réalise cette image, est déterminante dans sa vie professionnelle. Le Museum of Modern Art de New York lui consacre sa première rétrospective qui jouera un rôle capital dans sa reconnaissance internationale. #Henricartierbresson #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on

Claude Nori, La Côte atlantique, 1984, collection Frac Aquitaine. Dans ces photographies glanées au fil du littoral atlantique, ici à l'intérieur de l'Hôtel du Palais à Biarritz, Claude Nori saisit aussi bien la promenade familiale un jour de pluie, que l’activité des estivants sur une plage bondée, ou les courses et les jeux des enfants. Dressant sur des lieux qui lui sont familiers une chronique nomade et doucement nostalgique, le photographe traduit ici l’intensité de moments de bonheur simple. Il retient de précieux et fragiles instants de grâce : le geste attentionné d’une jeune femme accroupie aux pieds d’un enfant, le sourire éclatant d’une petite fille ou l’étreinte d’un jeune couple allongé sur le sable. Au-delà de l’apparente simplicité qui caractérise ses images, est perceptible le soin qu’il apporte à s’extraire de la scène photographiée pour en penser la lumière, le cadrage et la composition, rendant ainsi ce bonheur communicatif. #lacoteatlantique #biarritz #culture #expo #exposition #exhibition #art #oeuvre #frac #fracaquitaine #bordeaux #bordeauxmaville #collection #artwork #instaart #creative #artist #artoftheday #picoftheday #modernart #photo #photographie #photography

A post shared by FracAquitaine (@fracaquitaine) on